mardi 10 janvier 2012

Quand Jérusalem a-t-elle été détruite ? En -607 ou en -587 ?

NB : Ce document est disponible en PDF : ICI

Des Témoins de Jéhovah sont venus chez moi m'apporter un périodique appelé "La Tour de Garde" éditée par la société Watchtower. Un des articles de la "Tour de Garde" datée du 1er octobre 2011 débute en affirmant que la Bible elle-même indique que Jérusalem a été détruite en -607.

La Bible fournit-elle des éléments démontrant que Jérusalem a été détruite en -607?
Sur quoi s'appuyer pour affirmer cela ?


La suite de cet article est dans la "Tour de Garde" datée du 1er novembre 2011, et se termine par : «Pourquoi ne pas vérifier par vous-même ce qu'il en est de ces éléments de preuve ? Peut être en tirerez-vous la même conclusion ». J'ai donc décidé de vérifier...

Le début des 70 ans – exil vers Babylone

L’article tente de démontrer que les 70 ans de Jérémie ne concernent pas la période entre -609 et -539. Il cite Jérémie 25:1-11 ; Jérémie 29:10 ; II Chroniques 36:20, 21 ; II Rois 25:25, 26. Ces passages parlent tous de la désolation de "ce pays et ses habitants, et toutes les nations qui l'entourent". Toutefois, la Watchtower en déduit que les 70 ans commencent lors de la destruction d'une seule ville: Jérusalem.

Le dépeuplement complet du pays est-il bien le critère primordial pour déterminer la date de début des 70 ans comme le fait la Watchtower dans son article ? Car Jérémie 52:28-30 nous parle des déportations ayant eu lieu dans la 7ème année de Nabuchodonosor (-598), la 18eme année (-587) et la 23eme année (-582). Le début de la domination babylonienne ne correspond-il pas  bien plus logiquement au début des « 70 ans » ?
CAPTIVITE DES JUIFS A BABYLONE
gravure 1860 Bendemann
Selon l'article, cette date marque le début d'une période durant laquelle "le pays ne serait pas cultivé ; personne ne sèmerait son champ ni ne taillerait sa vigne". Or, si l'on en croit II Rois 25:12, "une partie des pauvres gens du pays [est restée] pour cultiver la vigne et les champs." le pays n'a jamais été totalement dépeuplé.

En fait, la Bible est assez floue au sujet de cette période des 70 ans. En Jérémie 25:1-14 il est dit que cette période commence lorsque "tout ce pays deviendra une ruine". Qu'est-ce que représente "tout ce pays"? Cela est sujet à interprétations. Cela ne peut pas servir à établir une chronologie ou à spéculer car les textes eux-mêmes sont divers et variés (II Chroniques 36:20, 21 Zac 1,12 et 7,5 Esdras 1,1-4)

Charles T. Russell (fondateur de la Watchtower) avait situé la 1ère année de Cyrus en -536, et la destruction de Jérusalem 70 ans plus tôt, en -606. Plus tard, la Watchtower s'est rendu compte de 2 choses : Il n'y pas d'an zéro, et donc -606 + 2520 ans = 1915, et non 1914. Et enfin la première année de Cyrus commence en -539, mais pas en -536. En 1944, elle publie  de « nouvelles lumières » pour ajuster ces points précis, elle corrige ces 2 erreurs. -536 devient donc -539 et -606 passe à -607.
Combien de Témoins de Jéhovah sont au courant de cela ? Pourquoi la Watchtower n'explique t elle pas l'origine de ces dates et l'évolution de ses calculs ?

Table des rois de Babylone de Nabopolassar à Darius II. 



Roi de Babylone
Années de règne
Durée
Nabopolassar
626-605
21 ans
Nabuchodonosor
605-562
43 ans
Awil-Mardouk
562-560
2 ans
Nériglissar
560-556
4 ans
Labashi-Mardouk
556
- de 3 mois
Nabonide
556-539
17 ans
Cyrus
539-530
9 ans
Cambyse
530-522
8 ans
Bardiya
523-522
7 mois
Darius
522-486
36 ans
Xerxès
486-465
21 ans
Artaxerxès
465-424
41 ans
Darius II
424-405
19 ans


Captifs juifs en exil vers Babylone
Bas-relief assyrien
La  Bible  ne  comporte  pas  une  chronologie  fixée  selon  une  ère  unique.  La référence  est  souvent  le  règne d’un  roi ou  l’âge d’un personnage  important et parfois le nombre d’années depuis un événement important comme l’Exode. Ces données  chronologiques  permettent  théoriquement  de  fixer  une  chronologie relative depuis la création d’Adam jusqu’au retour de l’exil à Babylone. Le récit biblique  ne  fournie  cependant  pas  les  indications  nécessaires  pour  prolonger cette chronologie jusqu’à l’époque de Jésus et donc de la relier à notre système de référence. Pour ancrer cette chronologie relative dans le calendrier Julien, il faut être capable de déterminer avec certitude la date d’au moins un événement mentionné durant cet  intervalle  de  temps  en  s’appuyant  sur  des  indications  extra-bibliques. La chronologie de  la période néo-babylonienne est bien établie. Celle-ci est basée sur des documents rapportant des observations astronomiques, des  listes de  rois et des milliers de tablettes datées. Il n’y a  pas d’alternative à cette chronologie à ce jour, tant les éléments de calculs sont nombreux et variés.

La première erreur est, me semble-t-il, de mettre dos à dos le récit biblique et l'histoire, comme si l'un contredisait nécessairement l'autre. Il faut bien faire la part des choses entre ce que dit clairement la Bible et les interprétations. La seconde erreur est, à mon avis, de vouloir en sortir des dates absolues dignes de vérité.

La fin des 70 ans – retour d'exil Babylone

Esdras situe la fin des 70 ans durant la 1ère année de Cyrus: "le septième mois [de la première année de Cyrus] arriva, et les enfants d'Israël étaient dans leurs villes." (Esdras 3:1). Le septième mois, c'est le mois de tishri, qui correspond à septembre-octobre -538 de notre calendrier moderne. (La conquête de Babylone par Cyrus est fixée en automne -539) L’article conclu que les 70 ans ont pris fin à l’automne -537 car le retour d'exil a « pris du temps ». Or, la première année de Cyrus à Babylone, qui suit son année d'accession au trône, se situe selon le calendrier babylonien entre nisan (mars-avril) -538 et nisan -537. La Watchtower, en affirmant « septembre-octobre -537 » est en conflit avec Esdras, qui fixe pourtant clairement le retour d'exil dans la Bible.
Cyrus ordonnant à tous les Juifs de retourner
à Jérusalem rebâtir le Temple
enluminure de Jean Fouquet vers 1470-1475 Paris BnF

L'article explique juste avant cet extrait que la Bible envisage "exclusivement" les 70 ans comme une période de désolation et d'exil, en aucune manière comme une période de domination babylonienne. N'est ce pas une interprétation ?
Tour de Garde 1er octobre 2011 page 27 : Pourquoi pour étayer son affirmation le rédacteur cite Jérémie 29:10 de la traduction "Parole de Vie" qui dit "le pouvoir DE Babylone » ? Les nombreuses autres traductions qui donnent « POUR Babylone  » : Crampon, TOB, Amiot... ? (voir Annexe 1 « Pour Babylone »)
Si dans la Bible on peut penser qu'il y a des contradictions c'est parce qu'on fait l'erreur de croire qu'il n'y a qu'une seule période de 70 ans. En effet 2 périodes de 70 ans peuvent être déterminées (Paul Johnson – « Une histoire des juifs » 1989). Une entre -609 et -539 (pour Babylone), et l'autre entre -587 et -517 (destruction, puis reconstruction du temple de Jéhovah). II Chroniques 36 et Zacharie 1 et 7.

Accord avec les 70 années de captivité prédites par Jérémie (Jérémie 29:10) et les historiens :
 
Les 70 années débutent à la destruction du temple par le général Nébuzaradan en -586 et se terminent à la reconstruction du second temple en -516. La Bible confirme (Zacharie 1:12-16) : « Alors l'Ange de l'Éternel prit la parole et dit: Éternel des Armées, jusqu'à quand n'auras-tu pas compassion de Jérusalem et des villes de Juda, contre lesquelles tu es irrité depuis 70 ans?... C'est pourquoi ainsi parle l'Éternel: Je reviens à Jérusalem... ma maison y sera rebâtie.» 
Ainsi lorsque cette prophétie fut adressée à Zacharie (entre -521-519 , je vous invite à vérifier quand cette parole a été donnée*), les 70 années n'étaient pas encore tout à fait écoulées et la promesse de Jérémie verrait son total accomplissement lorsque le temple lui-même serait restauré (en -516/517) et non en -537.
*dates relatives - Zacharie 1:7-12 (ange) « 2ème année de Darius » c'est à dire : -519 car le règne de Darius est connu : 521 à 486. Si on remonte de 70 ans on tombe sur -589 date du siège final de Jérusalem. En Zacharie 7:1-5 « 4ème année de Darius » c'est à dire 517, si on remonte de 70 ans de jeun on arrive à -587.
Cylindre de Cyrus où est gravée l'ordonnance libérant les déportés
British Museum Londres - découvert en 1879

Les preuves historiques et archéologiques en faveur de l'année 607 sont donc actuellement tout à fait manquantes. Les historiens, archéologues et géologues contemporains sont tous d'accord sur la date de 587. Les historiens classiques, qu'ils soient égyptiens, grecs ou babyloniens, des milliers de tablettes cunéiformes (environ 5 000 publiées sur +50 000 étudiées et correctement datées) valident l'exactitude de cette date, qu'elles soient de sources commerciales ou astronomiques...

Les ancrages de la chronologie biblique par rapport à l’ère chrétienne :

Néko II - Brooklyn Museum
vers -609-595 - bronze
-609 Josias tente de s’opposer à Pharaon Néko qui se porte au secours de l’Assyrie et meurt à la bataille de Megguido. Le royaume de Juda devient vassal de l’Egypte.
-605  Pharaon Néko est vaincu par Nabuchodonosor à Karkemish.
-597 Nabuchodonosor prend Jérusalem et installe Sédécias sur le trône. Le royaume de Juda devient vassal de Babylone.
-589  Second siège de Jérusalem par les Babyloniens. 
-587  Destruction de Jérusalem. Fin du royaume de Juda.
-539  Prise de Babylone par Cyrus.
-538  Retour d’exil.
Après  l’effondrement des derniers vestiges de  l’empire assyrien en -609 à la bataille de Harân, Babylone domina le Moyen-Orient pendant 70 ans jusqu’à  la  prise  de  la  ville  par  Cyrus  le  Perse  en  -539  conformément  aux prophéties  annoncées  par  Jérémie 25:11-12 29:10 
Cyrus II le Grand
Parc Olympique de Sydney copie du bas-relief
original à Pasargades (sa capitale perse) Iran
Le  règne  de  Nabuchodonosor  est bien attesté puisque deux documents astronomiques, l’un étant contemporain et l’autre une copie tardive, permettent de fixer son début en -604/605 et que sa durée de 43 ans est doublement confirmée par le livre de Jérémie 52:31 et par une masse de documents datés de ce roi tous deux contemporains.
Les tablettes astronomiques VAT4956 et BM3232, sources profanes, permettent de fixer la 37ème année de Nabuchodonosor est en -568-567, donc la 19ème année est bien -587-586 (II Rois 25:2 chute de Jérusalem 25:8 = 19ème année). Le  récit  biblique  indique  que  Jérusalem  fut  détruite  dans  la  19e année  de Nabuchodonosor selon un comput sans année d’accession ou dans la 18e selon le comput babylonien avec année d’accession, soit en l’an -587 (Jérémie 52:12-29).

Sources modernes – historiens contemporains – Argumentations pour -587/586 :

Mais que disent nos historiens modernes ? Prenons une source que la Watchtower utilise depuis de nombreuses années :
Tombe de Cyrus II le Grand à Pasargades (capitale qu'il a bâtie) - Iran
Darius 1er déplacera plus tard le siège de la capitale perse à Persépolis
(3,17 m de long, 2,11 m de large et 2,11 m de haut)
"En 587/586 avant JC, la cité et le Temple ont été complètement détruits par Nébucadnezzar et la captivité a commencé. Celle-ci se termina en 538 av. JC quand Cyrus II Le Grand Perse, qui avait vaincu Babylone, permit aux Juifs, conduits par Zorobabel, de la maison de David, de retourner à Jérusalem." (Source : Encyclopedia Britannica)
L’Encyclopédie Britannica a revu cet article en 1963, et la nouvelle version affirme désormais : « La preuve de l'exactitude fondamentale du canon de Ptolémée est venue d'anciennes tablettes cunéiformes découvertes en Mésopotamie.»
(Source : Michael B. Rowton, Chronology (Babylonian § Assyrian), Encyclopedia Brittanica (1968), vol. V, page 724).

Le canon de Ptolémée est, jusqu'à preuve du contraire, fiable et la date de -607 n'a pas de soutien. Voici donc les dates confirmées par tous les spécialistes :

Nabuchodonosor est né ~ -630 et mort en -562, il a été roi de -605 à -562.
-597: 1ère chute de Jérusalem avec la capture de Jojakin. Cette première conquête de Jérusalem est arrivée le 2 adar (15-16 mars 597 avant JC). Selon 2 Rois 25:2, nous arrivons à -587-586 avec la défaite de Sédécias après un règne de onze années. Nous avons donc le règne de Sédécias roi de Juda de -597 à 587
Le siège de Jérusalem a alors duré 2 ans et ½.
587-586: Destruction de Jérusalem
539: Chute de Babylone
Nabuchodonosor (Nébucadnetsar) II - Roi de Babylone

Le dernier événement dans l'histoire attestée du royaume du Sud fut le siège et la destruction de Jérusalem par Nébucadnetsar. Ce siège a débuté le 10ème jour du mois de la 9ème année de Sédécias (2 Rois 25:1, Jérémie 39:1, 52:4, Ezéchiel 24;1-2), soit le 15 janvier -588 ( Source : Parker § Dubberstein, page 26 – historiens égyptologues spécialiste des chronologies égyptiennes et babyloniennes).
Toutes les dates du calendrier Julien données par après sont basées sur les tables de Parker et Dubberstein. L'année suivante, en plein milieu du siège, Jérémie fut emprisonné la 10ème année de Sédécias et ceci s'harmonise avec la 18ème année de Nébucadnetsar (Jérémie 32:1), soit -587.    
La famine s'étendait, la ville était brisée et le roi s'enfuit l'année suivante le 9ème jour du 4ème mois de la 11ème année de Sédécias (2 Rois 25:2-3, Jérémie 39:2, 52:5-7), soit le 18 juillet -586. Le 7ème jour du 9ème mois, ce fut le début de la destruction finale de la ville (2 Rois 25:8-10) soit le 14 août -586. Ceci s'est passé la 19ème année de Nébucadnetsar (2 Rois 25:8, Jérémie 52:12).»
Nébucadnetsar II sur une pièce de monnaie
(Source : The Mysterious Numbers of the Hebrew Kings, pages 168-169 du professeur Thiele - archéologue spécialiste des chronologies des peuples hébreux et du Canon de Ptolémée).

La Watchtower est la seule à soutenir contre l'avis de tous la date de -607.
Tous se trompent que ce soit tous les contemporains de cette histoire qui ont écrit les milliers de tablettes, à plusieurs époques et divers endroits, que ce soit les historiens classiques, qu'ils soient égyptiens, babyloniens ou grecs, que ce soit les historiens de notre époque, que ce soit les archéologues, TOUS ce sont trompés de la même façon, comme d'un commun accord, et SEULS les Témoins de Jéhovah guidés par la Watchtower, au XXème siècle ont calculés la bonne date ? Il est légitime de se douter qu'ils font fausse route, tout comme pour les autres dates 1914-1925-1975 etc...

Sources indiquant la date de 587-586 comme la destruction de Jérusalem :
Encyclopedia Brittanica, XXIII, 1964, page 939.
New (the) Bible Dictionary, W.E. Eerdmans, Grand Rapids, 1962, page 217
Larousse Encyclopédique en couleurs, France loisirs, 1991, page 5064
Alpha Encyclopédie, tome 9, 1970, page 3334
Atlas de la Bible, Sator, 1986, page 54
Bible (la) et l'archéologie, LLB, 1975, page 148
Bible (la) dans l'histoire, MAME, Tours, 1969, page 376
Dictionnaire Encyclopédique de la Bible, Westphal, 1973, page 651
Encyclopédie Larousse méthodique, vol. 1, 1955, page 226
Histoire universelle, Christophe Colomb, 1984, page 31
Nabuchodonosor II fait exécuter les fils de Sédécias
par François Xavier FABRE, 1787, Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts, Paris.
Introduction à l'A.T. (Gleason Archer), Emmaüs, 1984, page 404
Larousse en 3 volumes, vol. 2, 1966, page 658
Tableau des rois et des prophètes de L'A. T., Winona Lake, 1966.
Manuel biblique de Halley, VIDA, 1982, page 346
Million (le), vol. VII, Grange-Batelière, 1971, page 277
Nouveau dictionnaire biblique, Emmaüs, 1961, page 700
Univers (l') de la Bible, Tome X, LIDIS, 1985, page 308
Petit Larousse, 1959, page 1697
Nouveau (le) manuel de la Bible, Manley, 1952, page 114
etc...

Les historiens classiques discrédités ?

L’article continue avec cette question : "Les historiens classiques : sont-ils infaillibles?". Il est fait mention de Bérose, Polyhistor, Josèphe, et Ptolémée. Le tableau nous montre, que les dates de règnes des souverains babyloniens ne concordent pas. Lesquelles exactement ? Certainement pas celles de Bérose et Ptolémée vu qu'elles concordent. Voici en gras les données concordantes :

La source des historiens classiques :
Souverains
Bérose 3ème siècle a.n.ère – prêtre babylonien
Alexandre Polyhistor
1er siècle a.n.ère – romain
Falvius Josèphe 1er siècle d.n.ère – juif romain
Claude Ptolémée 2ème siècle d.n.ère – grec d'Alexandrie
Nabopolassar
21
20
-
21 (625-605)
Nabuchodonosor II
43
43
43
43 (604-562)
Amel-Mardouk
2
12
18
2 (561-560)
Nériglissar
4
4
40
4 (559-556)
Labashi-Mardouk
9 mois
-
9 mois
-
Nabonide
17
17
17
17 (555-539)
Sources : Canon de Ptolémée, Contre Apion, Antiquités judaïques...

En lisant le tableau, on remarque que les temps de règne de Nabuchodonosor et de Nabonide sont cohérents. De plus, le règne de Nériglissar, fixé à 40 ans par Josèphe, résulte d’une simple erreur de copie. (Il suffit de comprendre les toutes premières bases de l'écriture des chiffres mésopotamiens pour comprendre l'erreur de copie) Ceux de Nabopolassar et de Labashi-Mardouk diffèrent de moins d’un an, ce qui s’explique par une simple différence dans les méthodes de calcul.

Le seul vrai problème est celui de la durée de règne d’Amel-Mardouk, qui serait faux chez Polyhistor et Josèphe.
Pour connaître la durée de son règne, il suffit de se tourner vers l’archéologie, et non vers Polyhistor et Josèphe. Des milliers de tablettes d’affaires de la période néo-babylonienne ont été retrouvées. Chacune est datée au jour de la transaction. Par exemple, on trouve une tablette daté du "sixième jour du mois Sivan, la première année d'Amel-Mardouk, le roi de Babylone". Grâce à ces tablettes, on peut savoir très précisément combien de temps chaque souverain babylonien a régné, parfois même au jour prés.
Le dernier texte concernant le règne d'Amel-Mardouk est daté du 17ème jour du 5ème mois, la 2ème année de règne. Le tout premier texte du règne de Neriglissar (son successeur) est daté du 21ème jour, le 5ème mois de son année d’accession au trône. Sur les près de 5000 documents* de la période néo-babylonienne qui ont été publiées avant 1983, aucun n’est daté après la 2ème année d’Amel-Mardouk! Ce règne a donc duré deux ans, comme le disent Bérose et Ptolémée.

Source : W. S. C. Boscawen, Babylonian dated tablets and the Canon of Ptolemy in Transaction of the Society of Biblical Archaeology, Vol. VI (1878), pp. 1-78. 

La source des tablettes cunéiformes :
Rois néo-babylonien
Durée règne (en années)
Nbr de textes datés
Nbr de textes par année de règne
1ère tablette disponible datée de l'année d'accession
Dernière tablette disponible datée de la dernière année de règne
Nabopolassar
21
430
20,5
13/II/acc
8/V/21
Nabuchodonosor II
43
2322
54
1/VI/acc

26/VI/43
Amel-Mardouk
2
153
76,5
26/VI/acc
17/V/2
Nériglissar
4
214
53,5
23/V/acc
6/I/4
Labashi-Mardouk
3 mois
12
48
23/I/acc
12/III/acc
Nabonide
17
3317
195
15/II/acc
17/VII/17
 *Sources : Les quantités proviennent de J. Everling, Babylonian texts of the first millenium B.C., 1995-2000 et les dates de R. A. Parker & W. H. Dubberstein, Babylonian chronology 626 B.C.-A.D. 75 (1956), pp. 11-14.

Est-ce que les durées de règnes de ces rois sont très différentes de ce que les historiens classiques détaillaient dans le tableau précédant ? En particulier de Bérose et de Ptolémée ? Ces 2 sources différentes concordent elles donc ? Où sont les renseignements « contradictoires » critiqués par la Tour de Garde (p29 1er oct 2011) ?

Bérose discrédité ?

L'article cite Stanley Burstein « Naguère on tenait Bérose en historien... » mais ne va pas jusqu'au bout, car deux phrases plus loin, Burstein dit ceci :
« Si Bérose a exercé peu d'esprit critique sur ses sources, les fragments indiquent clairement qu'il avait choisi les bonnes sources, la plupart venant d'une bibliothèque de Babylone, qu'il avait consciencieusement traduit en grec. »
Source : The Babyloniaca of Berossus page 8
Cela ne va pas dans le sens de la Watchtower, qui cherche à discréditer les historiens classiques, donc ceci n'est pas cité ? Est-ce honnête ?

De plus, les erreurs présentes dans les écrits des historiens de l’antiquité n’ont aucun rapport avec le sujet (la destruction de Jérusalem et les 70 ans). C'est malhonnête d'affirmer que les historiens modernes s’appuient sur les écrits des historiens de l’antiquité et le canon de Ptolémée pour établir leurs conclusions. De plus les scientiques modernes savent réviser leurs dates s'ils ont de nouvelles preuves ou découvertes qui leur indiquent une erreur, personne ici ne croient aveuglément en des calculs ou computations, puisqu'elles sont sujettes à des précisions et issus d'hommes imparfaits.

Depuis 1959 jusqu’à l’article récent de la Tour de Garde du 1er novembre 2011, la société Watchtower a cité constamment le livre « Nabonidus and Belshazzar », écrit en 1929, du Professeur Raymond Philip Dougherty de l’université de Yale. Ce livre contient des schémas comparant la liste des rois par Bérose, Polyhistor, Ptolémée,etc, exactement comme le fait la Tour de Garde du 1eroctobre 2011 à la page 29 ; cependant, le professeur Dougherty inclus également une liste des rois basés sur les dates contenues dans les tablettes cunéiformes. 

Le professeur Dougherty accentue fortement à la page 10 du livre Nabonidus and Belshazzar en disant que « le critère ultime dans la détermination des questions de la chronologie néo-babylonienne » est le « standard irréprochable »des documents cunéiformes datés.
En ayant cité le livre de 1929 du professeur Dougherty pendant plus de cinquante ans, de 1959 à 2011,la société Watchtower est donc complètement au courant que les historiens ne fondent pas leurs conclusions sur les écrits des historiens de l’antiquité et du canon de Ptolémée.

Ces différences sont-elles majeures et discréditent elles donc tous les historiens classiques ?
A la vue des éléments que je viens de détailler, je ne pense pas et surtout pas Bérose et Ptolémée.

Ptolémée discrédité ? :

Pour discréditer encore plus Ptolémée, il semble que la Watchtower veut nous faire croire qu'il ignore une partie importante de l’histoire babylonienne. Le fait qu’il ne mentionne pas les rois babyloniens Sin-shoumou-lishir et Sin-sharra-ishkoun serait révélateur de sa méconnaissance de l’histoire. Ptolémé fait de l'astronomie et des mathématiques et ne prend que les rois significatifs pour calculer les éclipses, contrairement à la liste des rois d'Ourouk. Pourquoi dans la page 30 de la Tour de Garde 1er oct 2011, lors de la confrontation du Canon de Ptolémée avec les tablettes antiques de la liste des rois d'Ourouks la durée des règnes est absente ?
Ptolémée connaissait pourtant bien ces noms, à juste titre ils n'a retenus que les règnes réels. Pour bien comprendre, il faut avoir des notions d'histoires assyriennes et donc entrer dans le détail :

Kandalanou et les précédents rois ne prennent le pouvoir en Babylonie que petit à petit sous tutelle de bien plus puissants rois d'Assyrie (comme Assurbanipal) qui ne rend les anciennes possessions au roi de Babylonie que si ce sont des zones calmes. Le règne des ces petits rois de Babylonie est très discret, car le pays essaie de se reconstruire. L'armée assyrienne occupe la Babylonie jusqu'en 640 pour contrôler toutes révoltes ou rébellions potentielles des babyloniens. Il est même probable que ce soit Assurbanipal lui même qui est nommé Kandalanou roi de Babylonie. Je détaille tout cela pour bien montrer le contexte historique et la domination du grand roi d'Assyrie sur Babylone. Kandalanou meurt comme Assurbanipal en 627 (il y a même une possibilité que ce soit le même homme ayant un nom de règne). L'Assyrie et la Babylonie sont donc des royaumes sans rois dans l'année 627, il leur faut retrouver un roi dans les héritiers.

Sin sharra Iskum est le fils d'Assurbanipal, à la mort de son père en 627 il y a un partage des royaumes, celui ci reçoit le royaume inférieur qu'est la Babylonie, et son frère Assur Etil Ilani devient roi d'Assyrie, bien plus puissant. C'est une chose courante, généralement l'ainé a le royaume principal, et les petits frères des royaumes inférieurs, cela se retrouvent dans nombreux empires et civilisations. Cela c'était déjà passé ainsi pour Assurbanipal, qui a reçu en héritage le royaume d'Assyrie, et son petit frère Shamah Shum Ukin est devenu le roi inférieur de Babylone. Ce dernier est mentionné par Ptolémée, comme tous les rois babyloniens (voir p30 confrontation de la Tour de Garde 1er oct 2011).

Mais à Babylone les choses ne se sont passées simplement, comme souvent, il y a eu une lutte de pouvoir entre 627 et 625 pour ce royaume.  Rappelez vous bien, le petit frère obtient la Babylonie, le grand : l'Assyrie. 3 rois se font la guerre pour Babylone :
- Sin sharra Iskum donc. (le « petit » frère)
- Sin shum Lishir, un eunuque puissant, soutenant Assur Etil Ilani (roi d'Assyrie, le « grand » frère)
- et Nabopolassar qui est bien plus puissant et connu de l'Histoire, car c'est lui, un chaldéen, qui a fondé le nouvel empire babylonien. La plupart des férus d'histoires antique le connaissent mais découvrent ses prédécesseurs comme Kandalanou, tellement discret et dominé, ils connaissent encore moins les prétendant au royaume de Babylone (les 2 Sin).

Au final qui a régné sur Babylone totalement et indiscutablement ? Nabopolassar le chaldéen, d'où sa présence dans le canon de Ptolémée. Les autres se sont dit rois de Babylone, en même temps, pendant la guerre de pouvoir de 627 à 625. Nabopolassar a régné de 626/625 à 605, soit 20-21 ans.

En fait, ces rois soi-disant « oubliés » par Ptolémée n’ont jamais régné seuls sur Babylone. Ils ont régné en même temps que d’autres rois babyloniens plus importants, et c’est donc pour cette simple raison que Ptolémée n’en fait pas mention. Cette omission ne remet donc absolument pas en cause la fiabilité de ses écrits astronomiquement parlant.

Qu'utilise-t-on pour fixer -539 ?

Tout ce qui précède montre déjà une certaine mauvaise foi et un gros parti-pris examinons maintenant l’encadré de la page 28 de la Tour de Garde de 1er octobre 2011 : « Une date fondamentale» qui répond à cette question.

1. Des historiens classiques, dont l’article précédent dit clairement qu'ils ne sont pas fiables...
2. Des tablettes d’affaires cunéiformes, qui sont toutes en accord avec les chiffres de Bérose et de Ptolémée (eux même infirmant -607)
3. Une tablette astronomique, dont plusieurs figures sont erronées (BM 33066)
Au final, la méthode de la Watchtower pour fixer -539 est bien moins fiable que celle que les historiens modernes utilisent pour fixer la destruction de Jérusalem en -587. En effet la destruction de Jérusalem en -587 est mieux attestée que la prise de Babylone en -539, car le règne de Nabuchodonosor est fixé astronomiquement, sauf à savoir si Jérusalem fut détruite en 587 ou 586 au mois prés, c'est l'une des dates les mieux attestée de l'histoire, voilà ce qu'écrivent les spécialistes scientifiques du monde entier.

Conclusion de la première partie – Tour de Garde 1er octobre 2011

Dans la conclusion de la première partie de l’article et l’encadré intitulé "pour résumer", il est dit que "les historiens s’appuient principalement sur les écrits des historiens classiques et sur le canon de Ptolémée". Selon la Watchtower, ces écrits "contiennent des erreurs de taille et ne concordent pas toujours avec le témoignage des tablettes antiques." Est-ce exacte et honnête de conclure ainsi après ce que l'on vient de voir ?  Certains écrits contiennent des erreurs, la belle affaire que cette affirmation, bien sur les humains font des erreurs. Mais à présent, dans le résumé la Watchtower ajoute « erreurs de taille » mettant face à face les historiens et les tablettes antiques contemporaines écrites par des centaines de scribes différents.
Quelles sont ses erreurs de taille ? La non mention du roi Labashi-Mardouk ? La durée de son « règne » n'a pas dépassé 3 mois ! Et cela sur une chronologie s'étalent sur des centaines d'années. Il aurait été honnête de mettre la durée des règnes des rois lors de la confrontation du Canon de Ptolémée avec les tablettes antiques. Ce que la Watchtower n'a pas fait.

Les sources des historiens sont multiples. Les écrits des historiens classiques sont une source parmi beaucoup d'autres. Les sources les plus fiables pour fixer les durées de règnes des rois néo-babyloniens, sont les près de 5000 tablettes relatives à cette période.

La Watchtower est-elle précise en écrivant "la plupart des spécialistes situent la destruction de Jérusalem en 587" ? (p22 Tour de Garde 1er nov 2011) La Watchtower laisse planer le doute suivant : « la majorité mais pas TOUS les spécialistes ». Mais alors, quels sont les noms des spécialistes contre -587 et pour -607 ?
Que dire aussi de l'utilisation « Des historiens affirment que Jérusalem a été détruite en 587 » (p22 Tour de Garde 1er nov 2011) alors que les rédacteurs devraient écrire "TOUS LES historiens affirment que Jérusalem a été détruite en dans la période -586-587, cela depuis des dizaines d'années" ?
Si on lit bien l'astérisque p23 de la Tour de Garde 1er nov 2011, « aucun des spécialistes que nous [La Watchtower] citons dans cet article n'est d'avis que Jérusalem a été détruite en -607 ». Pas un seul ?!
Cela n’empêche pas la Watchtower de conclure (p27 Tour de Garde 1er nov 2011) à nouveau par « La plupart des historiens estimes pour l'instant que Jérusalem a été détruite en -587 ». Sous entendant que certains historiens changeront d'avis et pencheront pour -607, ce qui est une pure spéculation, voire même un rêve si on consulte « les spécialistes » sur cette question, encore une fois, au grand maximum la date -587 pour la chute de Jérusalem n'a une marge d'erreur que de quelques semaines ! Ils sont unanimes et cette date de -587 peu être en accord avec la Bible. Source qu'ils ne dénigrent pas et dont ils sont souvent très heureux et fiers de relier à leurs travaux. A coté de cela la Watchtower dit « les spécialistes ont souvent dénigré la Bible... » Encore une affirmation très négative, mettant les spécialistes et scientifiques dans un même panier.

Est ce que c'est en démontrant que l'autre est imparfait et se trompe que l'on prouve que l'on a raison ?

Page 31 de la Tour de Garde du 1er octobre 2011 : résumé encadré : « les éléments de calcul de la chronologie biblique fournissent de solides raisons de situer cette destruction en -607 »
J'aimerai que vous me trouviez, dans le texte qui a précédé, les solides éléments qui attestent de -607 ?
Qu'est ce qui permet de dire à présent qu'ils sont « solides » ?

Cette première partie n'a pas appuyé la date de -607, mais a concentré son argumentation sur la fiabilité des sources historiques contemporaines et classiques.
S'ils se trompent si souvent ou ne sont pas fiables, alors pourquoi croire en leur date de 539 pour Babylone ?
Les chroniques babyloniennes discréditées ? 

Il est reproché aux chroniques babyloniennes de comporter des lacunes. Est ce une raison suffisante ou bien un simple prétexte pour rejeter en bloc ce qu'elles contiennent ?
Oui, elles ont des lacunes, mais quelles en sont les proportions ? La Bible aussi comporte des lacunes concernant l'histoire babylonienne. Elle affirme que Nabuchodonosor a régné 43 ans (II Rois 25:27), et qu'Amel-Mardouk lui a succédé, mais elle ne dit pas grand chose sur ses successeurs jusqu'à la prise de Babylone par Cyrus. Faut-il donc la considérer comme peu fiable par ce qu'elle a aussi des lacunes dans sa chronique ?

La stèle d'Adad-Guppi (Nabon H1, B), découverte en 1956, est pratiquement intacte et contient un récit biographique de la mère de Nabonide, Adad-Guppi. Elle fournit les nombres d'années de règne des rois néo-babyloniens de Nabopolassar à Nériglissar. Le règne de quelques mois de Labashi-Mardouk est négligé. Les durées de règne indiquées confirment les chiffres de Ptolémée et de Bérose.

La stèle de Hillah indique qu'il s'est écoulé 54 ans entre la destruction du temple de Sîn à Harrân et le commencement du règne de Nabonide. (Source : P. A. Beaulieu, The reign of Nabonidus, king of Babylon 556-539 B.C (1989), n° 2.)

D’après une chronique babylonienne (Source : J. J. Glassner, Chroniques mésopotamiennes (1993), n° 22.) et la stèle d'Adad-Guppi, le temple de Harrân a été détruit en l’an 16 de Nabopolassar. Ces informations permettent d'établir la longueur de la période néo-babylonienne de Nabopolassar à Nabonide.
Le récit des chroniques royales s’arrête subitement à l’an 11 de Nebukadnezzar. Elles racontent le soulèvement babylonien et la fin de l’empire assyrien et confirment un règne de 21 ans pour Nabopolassar. (Source : Ibid., n° 20-23)

Les tablettes commerciales discréditées ?

Il est reproché, dans la Tour de Garde, aux tablettes commerciales de se chevaucher sur plusieurs mois.
Alors que l'appendice du livre « Que ton royaume vienne!, p. 186 » explique que c'est normal qu'elles se chevauchent. Le marchand du coin ne savait pas au jour près que son roi était mort ! Les moyens de communication étaient plus lents et beaucoup de gens étaient isolés contrairement à notre époque. Pourquoi la Tour de Garde ne revient pas sur cette explication ? 
Comme on peut le remarquer, les tablettes sont cohérentes avec les historiens classiques, et appuient donc la date de -587. 

Les tablettes astronomiques discréditées ?

Pour finir de discréditer les sources archéologiques, la Watchtower reproche aux tablettes astronomiques d'avoir été écrites, pour certaines, bien après les évènements et par des « non historiens ».

Même si c'est effectivement le cas pour certaines d'entre elles, un grand nombre sont le résultat d'observations directes. Dans ces cas-là, comme dans les autres, les données sont cohérentes entre elles, et confirment la chronologie mentionnée plus haut et appuient leur fiabilité. De plus, la seule "preuve profane" que l'on peut avancer pour 607 vient justement de la source des tablettes astronomiques : La tablette VAT 4956, qui n'a pas été donc, écrite par un « historien ». Encore une fois, on prend un argument pour condamner toute un secteur de sources, mais on ne prend plus cet argument pour réduire la fiabilité de la VAT 4956.

Les textes de Saros (BM34576 BM32234 BM38462 etc...) et des almanachs (BM33066...) concordent avec les chronologies précédemment abordée, relatives aux règnes des rois babyloniens, en particulier avec celui de Nabuchodonosor (-604 -562) période qui nous intéresse et valide -607. (Source : A. J. Sachs & H. Hunger, Astronomical diaries and Related Texts from Babylonia, vol. I, diaries from 652 B.C. to 262 B.C., Wien (1988), n° -567. et vol. V, Wien (2001), n° 55.)

Conclusion deuxième partie concernant l'Archéologie - Tour de Garde" 1er novembre 2011


Tous ces reproches sont censés nous convaincre qu'absolument tous les documents archéologiques dont nous disposons, aussi cohérents soient-ils entre eux et avec les récits des historiens, ne sont pas suffisamment fiables pour en déduire quoi que ce soit sur cette période. Ces reproches, si on les acceptent, discréditent du même coup absolument toute la recherche archéologique babylonienne, même celle qui soutient la "date pivot" de -539.

Alors il y a un grand paradoxe, car on ne peut pas à la fois se baser sur les sources archéologies et historiques pour établir -539, et en même temps les discréditer lorsqu'elles établissent aussi -587. Si rien n'est fiable, alors -539 ne l'est pas non plus. Si -539 est fiable, alors -587 peut l'être tout autant. Comme ces 2 dates sont calculées de la même façon, en se basant sur les mêmes sources, il est clair que l'une ne va pas sans l'autre.
Précisions sur la tablette astronomique VAT 4956 :

VAT 4956
Cette tablette est examinée en détails dans l'article. Il est dit clairement que les spécialistes situent la destruction de Jérusalem en -587 en se basant sur cette tablette. Mais, la Watchtower remet cela en cause, et utilise cette même tablette pour la fixer en -607. Notez bien p25 de la Tour de Garde 1er nov 2011 les 2« SI »  dans la partie « En quelle année se situe la destruction de Jérusalem d'après VAT 4956 » qui termine par : « l'examen de VAT 4956 fait pencher pour -607» comme réponse laconique à cette question. Et utiliser cette réponse, issue du conditionnel, pour affirmer dans le corps de l'article, même page, «...-607, précisément l'année de la destruction de Jérusalem selon la chronologie biblique ».

Notes en bas de page sur ce sujet (18, 18a et 19 de la Tour de Garde p28 1er nov 2011) :
Il est indiqué que certaines informations de cette tablette sont illisibles, donc bien sur sa lecture peut être contestée indéfiniment.
Seule la position de la lune est utilisée car selon la Watchtower, la position de la lune serait d'une grande fiabilité, mais pas le reste de la tablette (qui soutient clairement -587). Pourtant on vient de lire que les instruments de mesure n'étaient pas des plus fiables... Si finalement rien n'est fiable (historiens, tablettes, outils de mesure...) pourquoi d'un coup les positions de la Lune sont d'une « grande fiabilité » ?! Quelque chose est fiable lorsqu'une tablette confirme ce que l'on pense, mais ça ne l'est plus lorsque toutes les autres milliers de tablettes l'infirment.
La Watchtower se trompe d'éclipse en utilisant celle du 15 juillet -588, de 20 ans plus ancienne pour pouvoir utiliser la VAT4956. Il faut bien comprendre que la translittération du texte de cette tablette par Neugebauer et Weidner (page 26-27 Tour de Garde 1er novembre 2011) dont il est fait mention, présente une erreur dans le livre source d'origine, en allemand de 1915. Cette erreur a entrainée une erreur de traduction, de la copie de ce livre en langue anglaise. Quand bien même, il y a une erreur d'un jour, pas de 20 ans !

Une petite partie d'une seule tablette astronomique, dont plusieurs données sont illisibles, et dont on occulte certaines données lisibles dérangent, suffit à fixer la destruction de Jérusalem en -607 ?

Est ce normal de devoir en arriver là ?
Est ce honnête ensuite de dire : qu'aucune de toutes les autres tablettes archéologiques retrouvées à ce jour (dont beaucoup sont en meilleur état que VAT 4956), n'est suffisamment fiable pour établir la date de la destruction de Jérusalem ? C'est fiable lorsque ça arrange, ça ne l'est plus lorsque ça me dérange ?
Il faut savoir que la Watchtower considérait la tablette VAT 4956 comme peu fiable (comme pour toutes les autres). Réveillez-vous! du 22 août 1972, p. 27-28
"Il ne faut pas oublier que la source de preuves complémentaires doit offrir des marques de crédibilité. Est-ce le cas du VAT 4956? En réalité, non.".
Comment une tablette réputée peu crédible en 1972, devient-elle soudain la plus fiable de toutes en 2011 ? Étonnant...

Réfutation de -607 par l'astronomie ? :
Pourquoi lorsqu'on utiliser un logiciel d'astronomie comme le SkyMap pro on constate que les positions de la Lune données dans la tablette VAT4956, correspondent toutes bien à l'année -567/568 ? Aucune des positions de la Lune correspondent à l'année -587/588 comme il est dit dans la Tour de Garde 1er nov 2011. Ça devient grave...

CONCLUSION GÉNÉRALE

Les historiens utilisent tout le matériel à leur disposition, la Bible y compris. Ainsi, la destruction de Jérusalem en -587 est attestée par pas moins de 17 séries d’indices, qui toutes convergent vers la même année, à quelques mois près.

De plus, le fait que certains textes antiques contiennent des erreurs n’a rien d'anormal ou de nouveau, surtout lorsqu'ils parlent d'une période plusieurs siècles en arrière, ou se comptent par milliers (comme pour les tablettes commerciales). On ne peut honnêtement utiliser ces faibles erreurs, en proportion, et réécrire l’histoire selon ses besoins.
La Bible elle-même est une somme de textes antiques, qui sont tout autant soumis aux erreurs humaines que les autres, surtout sur des détails historiques tel que des dates ou des règnes, la Bible n'a pas été faite pour être une chronique historique exhaustive, mais pour abordé des sujets bien plus importants. Par exemple si l'on compare Esdras chap 2 avec Néhémie chap 7, ou encore le texte massorétique avec celui de la Septante, on comprend à quel point les textes peuvent s'altérer avec le temps. La Bible n'a pas à être utilisée pour des choses aussi triviales que des datations de notre vulgaire calendrier romain, à chaque fois que cela a été fait, il y a eu de fortes déconvenues (1914, 1925, 1975... 1914+120?)

On a donc le choix entre 2 méthodes :

1 - La méthode qui repose sur un nombre colossal de preuves, toutes suffisamment cohérentes (excepté pour de rares erreurs humaines tout à fait normales vu la masse de documents différents) qui nous donne la date de -587. Au delà du canon de Ptolémée et des historiens classiques, il existe des milliers de documents d'affaires et administratifs qui sont datées de chaque année de la période néo-babylonienne, ainsi que des tablettes astronomiques, auxquelles on peut rajouter des textes indépendants comme les textes de Saros (éclipse lunaire) et enfin des correspondances de la chronologie babylonienne avec la chronologie égyptienne qui infirment -607 et fondent -587 :
- Le pharaon Nékao tue Josias à Meggido en -609 voir II Rois 23 :29-35
- La Bataille de Karkemish en -605 voir Jérémie 46:2  II Chroniques 35:20  Ésaïe 10:9
(Sources :  Bouillet et Chassang, « Nékao II » Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, 1878
C. L. Woolley, Carchemish. British Museum 1914–1952
C. W. Ceram, The Secret of the Hittites: The Discovery of an Ancient Empire. Phoenix Press 2001
Jean Leclant (sous la direction de), Dictionnaire de l'Antiquité. PUF 2005)

Cette méthode qui n'est même pas en totale opposition avec les textes de la Bible, pourquoi la refuser en bloc ? Même la chronologie égyptienne cadre avec la date de -587.

2 - La méthode de la Watchtower, qui ne repose uniquement que sur des interprétations humaines de la Bible, et sur une petite partie d'une seule tablette babylonienne (VAT 4956), qui est ensuite réinterprétée par la Watchtower pour soutenir la date de -607 et les autres calculs qui en découlent (1914). Le seul but pour défendre encore -607 de nos jours, c'est de garder 1914, qui est la seule date moderne importante pour la Watchtower, alors que cela devrait être de : dire ou de rechercher la Vérité. Aucun spécialiste scientifique de l'histoire ou de l'archéologie relative à cette époque n'est pour déterminer la chute de Jérusalem en -607. Se trompent ils tous ? Toutes les autres tablettes, les historiens antiques se trompent elles aussi ? Cela fait beaucoup trop... Quels sont les noms des spécialistes qui sont pour -607 ?
D'après mes recherches Rolf Furuli qui n'est pas cité par la Watchtower, est le seul « spécialiste » à pencher pour 607. C'est sur ces affirmations que la Watchtower c'est reposée. C'est un universitaire norvégien et Témoin de Jéhovah, ancien à Oslo, ce sujet déborde nettement de sa discipline, puisqu'il est professeur de langues sémitiques anciennes et non d'histoire ou d'archéologie.  Serait ce lui  qui représente "les chercheursp25 l'article de la Tour de Garde 1er nov 2011 ? (« c’est pourquoi les chercheurs se sont penchés sur les 13 séries de positions lunaires qui figurent sur VAT 4956. Ils ont analysé ces données ») Quelles sont les sources de cette information ?

Si on va sur le terrain de la science et des dates relatives, il faut savoir faire une démonstration claire et appuyée et non recourir à un seul et faible indice noyé dans un flot d'affirmations péremptoires et de précisions techniques submergeant le lecteur. Un coup un tablette n'est pas fiable, un coup elle le devient (VAT 4956), un coup on utilise les sources archéologiques et les historiens antiques (-539), un coup on les discrédite... Le lecteur finit par ne plus savoir dans quel sens se tourner, et se range facilement au choix de la Watchtower : -607, c'est bien plus simple...

De tels articles, après ce qui a été détaillé et démontré plus haut, sont d'après moi, bien plus plus graves encore qu'une erreur : c'est un mensonge pour convaincre les Témoins de Jéhovah qui survoleront ces 2 articles, noyés par sa structure d'apparence scientifique, donnant une impression de « c'est du sérieux, c'est pointu, c'est du lourd, avec une page entière de sources » ; qui n'irons pas vérifier la réalité, les avis d'experts scientifiques et toutes les sources qui vont avec, car ils ne se passionnent pas pour l'histoire ou ne s'en sentent pas capables intellectuellement, ou encore auront perdu l'habitude de faire une recherche impartiale sur un sujet donné, ou bien qui n'auront pas assez de temps, leur emploi du temps étant saturé de lectures et de rendez-vous.

Au final, à l'affirmation de l'introduction « la Bible elle-même indique que Jérusalem a été détruite en -607 » est fausse. C'est un mensonge d'affirmer cela, car la Bible n'indique aucune date absolue, mais uniquement des dates relatives sujettes à des interprétations. L'archéologie quand à elle utilise la somme de tous les matériaux et données à sa disposition pour déterminer les dates absolues à l'aide de notre calendrier. Elle a su corriger et ajuster ces datations dés que de nouvelles données ont permis de préciser celles ci ou de corriger des erreurs. Les dates de la chute de Jérusalem et Babylone sont depuis des années confirmées par tant d'indices divers et variés qu'il n'y a pas de marge d'erreur possible de plus de quelques mois, très loin des 20 ans d'écart entre -607 et -587...

«Ces détracteurs arment que Jérusalem a été détruite en 587/586 avant notre ère, et non en 607... cependant les témoins de Jéhovah ont publié des preuves convaincantes en faveur de la date de 607 avant notre ère. (Que ton royaume vienne!, pages 127 à 140 et 186 à 189).» 
La Tour de Garde, 1er novembre 1986, page 6.

Il est facile d'annoncer des preuves convaincantes sans les citer ni les argumenter par des sources. Dans quel but cette erreur n'est pas « vérifiée » ? Auquel cas cela serait un mensonge grave.

«Une date absolue est une date que l'histoire profane confirme comme étant la date réelle d'un événement rapporté dans la Bible.» Toute Écriture est inspirée de Dieu et utile, 1967, page 269.

Il n'y a aucune confirmation de l'histoire profane pour 607 donc ce n'est pas une date absolue réelle pour fixer la destruction de Jérusalem.

La Watchtower par son Collège Central diffuse depuis des années, des dates erronées dans sa propre chronologie biblique, elle dit pourtant qu'il est « inspiré par Jéhovah ». Pourquoi alors tant d'erreurs d'études et de calculs ? Et pourquoi cette loi du silence sur les problèmes récurrents de datation ? Qu'un humain fasse des erreurs, c'est possible, qu'un groupe d'hommes réfléchis et d'étudiants chercheurs fassent tous les mêmes erreurs, et cela depuis des dizaines d'années, ça l'est moins... Cela devient un mensonge et c'est très grave car la date exacte en question est « cruciale » d'après la Watchtower elle même (p26 Tour de Garde 1er oct 2011)

Mon avis est qu'un jour ou l'autre la Watchtower, comme pour bien d'autres points importants, fera un «réajustement de compréhension » et reviendra sur cette date de -607, qui ne sert qu'à validé un autre calcul menant à 1914. Cependant pour avoir fait remarquer ces erreurs, toujours liées à des traductions ou des dates profanes, de nombreux frères ont été exclus et jetés dans le désespoir. Tout comme ils ont fait pour « la génération 1914 » pour « 1975 » « 1925 » « 1918 »« 1914 » et « 1874 ». A mon époque il était alors question de la fin du XXème siècle, donc 2001, annoncé non explicitement, mais c'était une date butoir.

Je vous rappelle que Charles T. Russell avait donné 1914 comme point FINAL des prophétie chronologiques pendant 30 ans avant 1914. Une fois cette date passée, rien n'étant visible, elle a été transformée en point de DEPART de la prophétie.  Russell qui avait annoncé 1874 comme début du millénium. Les pionniers Témoins de Jéhovah de nos jours savent ils cela ?

Est ce que l'on peut appeler être dans la « Vérité » ? Surtout quand on analyse l'histoire de la Watchtower présentée aux Témoins de Jéhovah par l'intermédiaire des DVD, passant sous silence bien des choses comme celles ci ou les présentant comme de simples erreurs humaines... En 1990 une fois de plus ils ont repoussé l'échéance, tout en maintenant le plus possible l'impression d'imminence. A présent, sans que cela soit parfaitement détaillé, beaucoup de témoins de Jéhovah ont acquis le sous entendu des « 120 ans des jours de Noé » et spéculent sur 2034 maximum, sans que la Watchtower les y décourage, au contraire (Tour de Garde 15 décembre 2003  p14-15 : 1914+120). Une fois passé 2034, il restera la date de 2914, oui 2914, qui serait la restauration complète de la faveur de Jéhovah (Source : The Finished Mystery, 1917, p. 64)...

-607 dépend inévitablement de sources profanes et même s'il y avait quelques sources, quelques tablettes validant -607, elles seraient identifiées comme erronées, erreurs du scribe..., étant donné la quantité de sources qui ont fixé la destruction de Jérusalem à -587. Cette date n'est pas là d'être modifiée par les historiens, car elle est plus fiable encore que 539 fixant la chute de Babylone. Elle peut être uniquement ajusté pour préciser le mois ou la semaine, car la marge d'erreur sur celle ci est très faible.

1914 est son calcul est un héritage des adventistes, de Nelson Barbour qui était un des associés de Charles Taze Russell. C'est un calcul spéculatif, sans fondement biblique et historique comme je viens de vous le démontrer par tous ces arguments et sources. Et si on remet en question ces sources pour -607, on se doit, par honnêteté et cohérence, de remettre en question ces mêmes sources qui fixent 539. Dans ce cas là, il n'y a pas d'autres solutions que d'abandonner la recherche de dates absolues et s'en tenir à la lecture de la Bible :

Actes 1:6-7 « Il ne vous appartient pas de connaître les temps ou les époques que le Père a placés sous sa juridiction »
Le règne du Christ ne peut être donc daté. Pourquoi faire l'inverse de ce que la Bible vous recommande ?

Actes 1:11 « viendra de la même manière que vous l'avez vu s'en aller au ciel »
C'est quand même l'ange de Jéhovah qui dit cela... Christ va donc revenir de façon visible.

Il était de mon devoir, tout comme ceux qui constatent des erreurs dans un enseignement de les faire connaître à ceux qui n'ont pas vérifié la fiabilité et les sources de celui ci, s'appuyant uniquement sur la lecture de la Tour de Garde, qui, depuis quelques années ne cesse de s'appuyer sur la science, l'histoire et l'archéologie pour valider ses interprétations des Saintes Écritures.  Je suis triste de voir qu'autant de personnes ont espérés pendant des années, ont été trompées en faisant une fois de plus confiance en "l'esclave fidèle et avisé" que se réclame être la Watchtower.

II Thessaloniciens 2:2 avertit pourtant : « Nous vous demandons frères de ne pas vous laissez rapidement ébranler dans votre bon sens ni de vous laisser exciter par une parole inspirée ou par un message verbal ou par une lettre [donnée] comme [venant] de nous, comme quoi le jour de Jéhovah est là »

Les Témoins de Jéhovah que j'ai croisés, en plus de dix ans, n'ont pas su répondre à tout cela, ils ont même découverts beaucoup de ces éléments. Ils m'ont déçus car ils ont démontré que leur esprit critique était superficiel, et dés qu'ils n'ont plus la "Tour de Garde" comme source, ils n'arrivent plus à rien. Ils répètent ce qu'ils y ont lu. Je les ai vu s'enfuir, certainement pensant simplement que tout cela n'était que l’œuvre du diable, je les ai vu feuilleter avec panique leur livre de soutient sur les « Études Perspicaces des Écritures ». Je sais très bien ce qu'il y a d'écrit dans ces livres, car je les possède aussi, et il y a des absences de sources plus que choquantes... Si tout repose sur un dogme de 1914 auquel il faut croire sans se poser de questions, s'il faut penser que tous les experts fixant la destruction de Jérusalem en -587 se trompent, ce n'est pas sérieux du tout, car à ce moment là on peut raconter n'importe quoi, il faudra toujours y croire, quoi qu'en dise le reste de l'humanité.

Tout cela, ces erreurs et imprécisions théologiques, additionnés aux mauvais exemples et témoignages de Témoins de Jéhovah, sont largement suffisant pour me démontrer que nombreux sont les Témoins de Jéhovah qui salissent son nom, par des actes et idéologies très graves, se comportant comme des fanatiques incapables se remettre en question face à moult démonstrations d'erreurs et argumentations. Tout cela me navre et je suis triste pour ses "frères et sœurs"... quand j'analyse la façon d'écrire utilisée dans la Tour de Garde et les livres de la Société Watchtower, je remarque un style noyant le lecteur dés que l'on touche un point sensible, entre de nombreuses affirmations péremptoires, usant de raccourcis et d'arguments manquant de sources.

Je terminerai par un verset des Saintes Écritures :

I Jean 4:1 « Bien aimés, n'ajoutez pas foi à toute parole inspirée, mais éprouvez les paroles inspirées pour voir si elles proviennent de Dieu, car beaucoup de faux prophètes sont sortis dans le monde »

Remerciements à Sébastien Koch, Carl Olof Jonsson, Alain Feuerbacher et Norm Hovland pour leurs travaux qui m'ont fortement motivé et dont je me suis inspiré après les avoir épluchés.
----------------------------------------------------------------------------------------

Annexe 1: Les 70 ans “ pour Babylone ”

La façon dont la Traduction du Monde Nouveau rend Jérémie 29 :10 semble décrire les 70 ans comme une période de captivité : “ soixante-dix ans à Babylone ”. Il est vrai que la préposition hébraïque « l », traduite ici par “ à ”, peut avoir un sens locatif (“ à, en ”) dans certaines expressions, mais son sens général est “ pour, vers, en ce qui concerne, par référence à ”. C’est d’ailleurs ainsi que la rendent la plupart des traductions modernes en Jérémie 29.10. Ce sont surtout certaines traductions protestantes et anglicanes qui font le choix du « à Babylone », alors qu'une majorité de traductions expriment la même pensée : les 70 ans désignent une période de suprématie babylonienne, et non pas la durée de la captivité des Juifs ou celle de la désolation de Jérusalem suite à sa destruction en 587 av. n. è.
C’est d’ailleurs ce que dit le texte hébreu, ce qui s’harmonise avec la prophétie de Jérémie 25.11 sur les 70 ans de servitude. Tant que les rois babyloniens auraient la suprématie, d’autres nations devraient les servir. Pourquoi la plupart des traductions modernes rejettent-elles la leçon “ à Babylone ” en Jérémie 29 :10 en faveur de l’expression “ pour Babylone ” ou d’une formule exprimant la même idée ?
Les hébraïsants modernes sont généralement d’accord pour dire que le sens spatial ou local de
« l »en Jérémie 29:10 est hautement improbable, sinon impossible.

La préposition «l»signifie ‘ vers ’, ‘ pour ’ (‘ en direction de ’ ou ‘ par référence à ’). Mis à part dans quelques expression figées, on peut difficilement lui attribuer un sens locatif, et en tout cas pas ici. Elle introduit très souvent un objet indirect (‘ relatif à ’, correspondant à un datif grec). La traduction doit donc être : soixante-dix ans ‘ pour Babylone’. ”
(Source : Dr Tor Magnus Amble, de l’Université d’Oslo 1990)

Le sens spatial est impossible en Jérémie 29:10. La LXX n’a pas non plus ‘ à Babylone ’, mais le datif ; par conséquent, ‘ pour Babylone ’. ”
(hébraïsant suédois Seth Erlandsson 1990)

(professeur Ernst Jenni, de Bâle en Suisse - spécialiste des prépositions - 2003) :
Tous les commentaires et traductions modernes ont ‘ pour Babylone’ (non pas la ville ou le pays mais Babel en tant que puissance mondiale) ; tant la langue que le contexte montrent clairement l’exactitude de cette expression. Avec le ‘ sens local ’ il faut faire une distinction entre ‘ où ? ’ (‘ dans, à ’) et ‘ vers où ? ’ (‘ à ’ directionnel, ‘ vers, en direction de ’). Le sens de base de «l » est ‘ en référence à ’, et avec une spécification locale on peut comprendre un sens local ou local-directionnel uniquement dans certaines expressions adverbiales.

Ainsi, comme Jérémie 29 :10 parle, dans sa prophétie, littéralement de 70 ans “ pour Babylone ”, il est clair qu’il ne peut s’agir ni de la période de désolation de Jérusalem et de son temple, ni même de la période d’exil des Juifs à Babylone. Tout comme en Jérémie 25 :10-12, il est plutôt question de la période de suprématie babylonienne.
Deux autres textes en parlent : Daniel 9 :2 et 2 Chroniques 36 :20-21 mais ne contiennent chacun qu’une brève référence à la prophétie de Jérémie. Aucun des deux ne constitue un examen profond de la prophétie ni ne donne une application détaillée de la période. Si l’on veut proposer une application de la période de 70 ans, il faut, par conséquent, trouver une interprétation qui procède de la prophétie elle-même, et non des allusions qui y sont faites. Seule la prophétie donne des détails précis sur les 70 années :
- elles concernent “ ces nations ”,
- elles devaient être une période de servitude pour ces nations
- elles se rapportent à la période de la suprématie babylonienne
- cette période devait se terminer au moment où le roi de Babylone serait puni.

Les allusions à la prophétie faites par Daniel et Esdras ne comportent pas d’informations détaillées de ce genre. Si l’on examine ces références, ce devrait donc toujours être à la lumière de ce que dit réellement la prophétie.

On aurait pu rendre ainsi l’original hébreu : ‘ Après que soixante-dix ans de (règne de) Babylone seront accomplis, etc. ’ Les soixante-dix ans comptés ici se rapportent évidemment à Babylone, et non pas aux Judéens ou à leur captivité. Ils signifient soixante-dix ans de domination babylonienne, dont la fin verra la rédemption des exilés. ”
(Source : Dr Avigdor Orr, “ The seventy years of Babylon ”, Vetus Testamentum, vol. VI (1956), p. 305)

Il est approprié de commencer avec les passages de Jérémie et d’observer, avec Orr, que les références en Jér. 25:11-12 et 29:10 — qu’elles soient originales dans les passages ou non — se rapportent à une période de soixante-dix ans de domination babylonienne, et non à une période de soixante-dix ans de réelle captivité. ”
(Source : Dr Peter E. Ackroyd, “ Two Old Testament historical problems of the early Persian period ”, Journal of Near Eastern Studies, vol. XVII (1958), p. 23.)

On doit certainement insister sur le fait que les soixante-dix ans se rapportent fondamentalement au temps de la domination mondiale babylonienne, et non au temps de l’exil, comme on le suppose souvent imprudemment. Comme estimation de la domination de Babylone sur le Proche Orient antique, il s’agit d’un chiffre remarquablement exact, car il y a soixante-six ans entre la bataille de Carchémisch (605) et la chute de Babylone devant Cyrus (539). ”
(Source : Professeur Norman K. Gottwald, All the Kingdom of the Earth (New York, Evanston, Londres ; Harper & Row, Publishers, 1964), p. 265, 266.)

Il a souvent été indiqué que le verset auquel on ne peut textuellement rien objecter avec ses soixante-dix années ne concernait pas la longueur de l’exil, mais plutôt la durée de la domination babylonienne, dont on peut calculer qu’elle a duré environ sept décennies entre son début et la conquête perse. ”
('Source : Dr Otto Plöger, Aus der Spätzeit des alten Testaments (Göttingen ; Vandenhoek & Ruprecht, 1971), p. 68)

17 commentaires:

  1. Bravo pour cet article grandement inspiré de mon travail sur http://seb361.voila.net/article_607.html ! Pas de soucis avec ça, mais un petit lien vers mon site pour dire d'où venait les sources aurait été sympathique...

    Séb

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci.

      NB : il y a déjà presque un an que j'ai posté cet article, et à la fin, hors annexe, j'ai écrit :
      "Remerciements à Sébastien Koch, Carl Olof Jonsson, Alain Feuerbacher et Norm Hovland pour leurs travaux qui m'ont fortement motivé et dont je me suis inspiré après les avoir épluchés. "
      Donc oui je peux affirmer que je cite mes sources. ;)

      Supprimer
  2. donc les temoins de Jehovah serai un cercle vicieux ??
    il est vrai que j'ai vu certaine personne partir et comme ca du jour au lendemain sans raison!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certains se rendent compte qu'il y a des sujets et questions qu'il ne faut pas se poser chez eux.
      Régulièrement ils essaient de faire oublier ce que leur société a fait dans le passé, ils sont donc obligé de "recruter" de nouvelles personnes, plus facile à manipuler comme de jeunes agneaux pour remplacer les "départs" (parfois par familles entières).

      Supprimer
  3. Si l'organisation dite de Dieu est fondé sur un enseignement erronée comment Jéhovah permet-il cela ?dans quel but? pour tester la foi?
    A présent à quelle organisation de Jéhovah se fier?
    Ou se cache la vérité?
    Que sont devenu les Tj qui ont accepte les fondements historique ont-ils arrêté leurs enseignements et pourquoi ne pas créer une nouvelle organisation de vérité basé sur les faits historique
    Dites moi car je suis intéressée de savoir laquelle...
    karine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dieu permet beaucoup de choses, tant l'existence des autres religions que de celle de l'organisation des TJ. Si elles sont dans le mensonge, pire qu'elle les diffuse, c'est qu'elles sont surtout inspirées par le diable...
      A votre avis pourquoi nous a t il mis sur cette Terre sous l'emprise du "Prince de ce Monde" ?
      Je pense que nous sommes à l'école de la Vie sur Terre.

      Il n'y a pas forcément "d'organisation" terrestre de Dieu, vous cherchez peut être ce qui n'existe pas, car l'ekklêsía est une assemblée (de vivants), pas une organisation (d'argent, de béton et de papier) comme le fait croire la WT, reproduisant les mêmes fautes que les fausses religions qu'elle accuse depuis des dizaines d'années. Construisant, faisant des appels aux dons, proposant beaucoup de livres, cachant de plus en plus la Vérité par ces choses matérielles. S'il avait fallu construire des églises matérielles, Christ n'aurait il pas construit la première ? S'il avait fallu écrire tout ces livres, Christ n'aurait il pas commencé par écrire lui même le premier ?
      C'est la Parole, l'Amour et des actes qu'il a dit de propager dans ce monde.

      Supprimer
    2. Je pense qu'il faut se fier à Dieu et la Sagesse qui touche notre coeur et notre esprit, sans artifice, sans argent ni bâtisses immenses, sans ces tonnes de livres, sans dogme. Dans la Bible, il y a déjà largement assez de livres, vous en voulez encore ?
      Pendant longtemps, très peu d'hommes savaient lire, étaient ils pour cela moins sages ? N'étaient ils pas eux aussi de potentiels Amis de Dieu ?

      La Vérité est certainement en vous, tout prés de votre coeur. On ne peut dissocier Dieu de la Vérité.
      "Le Seigneur est proche de tous ceux qui sont sincères en l'appelant." Ps 145:18
      Il est au centre de nous-même, plus proche que quiconque, mais nous pouvons être, et nous sommes souvent trop loin de Lui.
      L’apôtre Paul a écrit "Dieu est autrement, infiniment plus proche de nous qu'on se l'imagine"
      Dans le Coran, il est dit que Dieu est plus proche de vous que votre veine jugulaire".
      Beaucoup s'épuisent à la chercher en dehors, alors qu'Il est aussi en nous mais nous sommes trop souvent aveugles.
      Si tu trouves Dieu, tu trouves la Vérité.

      Supprimer
    3. Laquelle alors ? C'est la question que pose les TJ pour se défendre, ayant déjà préparé moult critiques envers chacunes des religions de ce monde, critiques qu'ils feraient bien d'avoir d'abord envers eux même et l'organisation qui les dirige.

      Je sais que certains TJ qui ont réalisé cela (par exemple les faits historiques allaient beaucoup trop en défaveur des affirmations de la WT au sujet des datations), ils ont trouvé leur propre chemin, en toute humilité, gardant leur spiritualité et la faisant croitre, quittant les dogmes et la religiosité. Gardant Dieu dans leur coeur.
      Nous avons tout ce qu'il faut pour aimer notre prochain.
      Nous pouvons témoigner, par notre façon de vivre, nos actes, nos paroles, de l'Amour de Dieu.
      Pas besoin de s’astreindra à un porte à porte, une cartographie des quartiers, une comptabilité d'heure, de placement, d'études, de répétitions etc... Il suffit d'être des "miroirs du Bien", par nos comportements au quotidien, toute notre vie.
      Ceux qui voudront bien voir, remarquerons ce témoignage ô combien plus actif et efficace !
      Il ne tient qu'à nous de nous améliorer, nous comporter comme des chrétiens, corriger nos erreurs vu que l'on continuera à en faire malheureusement.

      Il suffit de prendre l'habitude de discerner la Sagesse, que l'on peut trouver dans les Ecritures, mais aussi dans les paroles et les actes de nos semblables, mais aussi et surtout en nous. Nous savons au fond de nous ce qui est Bien ou Mal.

      Supprimer
    4. Les organisations qui s'autoproclament comme étant "inspirées par l'Esprit Saint" et qui font des ribambelles d'erreurs pendant des dizaines d'années, il faut s'en méfier, car elles endorment les capacités de discernement, l'esprit critique, utile pour reconnaitre ce qui est bien et mal. Trop facilement, elle se permet de dire "laissez nous faire, nous sommes inspirés par l'Esprit Saint", mangez la nourriture spirituelle que l'on vous donne.
      Cette nourriture est souvent viciée, entrecoupé de paroles de Sagesse pour mieux y glisser le mensonge.
      2 Thes 2:2 "ne pas vous laisser rapidement ébranler dans votre bon sens ni de vous laisser exciter par une parole inspirée ou par un message verbale ou par une lettre donnée comme venant de nous, comme quoi le jour de Jéhovah est là"

      J'en connais qui sont des ex-Tj, ils n'ont pas eu besoin de fonder une nouvelle organisation. Ils souriraient d'ailleurs, à cette idée, car ça serait reproduire la même erreur que les étudiants de la Bible, puis des témoins de Jéhovah.
      Dans le passé, c'est arrivé, même si la WT ne s'étale pas là dessus, il y a eu au moins deux schismes, ça n'a rien donné de mieux, car ce sont toujours des dogmes et des hommes imparfaits qui se disent guidés par l'Esprit Saint, retombant très vite dans les jeux de pouvoirs.

      1 Jean 4:1 "Bien-aimé, n'ajoutez pas foi à toute parole inspirée mais éprouvez les paroles inspirées pour voir si elles proviennent de Dieu, car beaucoup de faux prophètes sont sortie dans le monde".

      Supprimer
  4. Ce que vous dites est confirmé par ces 2 vidéos :

    http://www.youtube.com/watch?v=L7gApQSak68

    http://www.youtube.com/watch?v=0comC8x_PF8

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Salim pour ces 2 vidéos très édifiantes.

      Supprimer
  5. Mais alors ou est la vérité ? Dieu va t il laisser les humains détruire la terre? Et Jésus pourquoi est il mort ? s il n y a pas d espérance

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La Vérité n'a pas de sentier, et c'est cela sa beauté : elle est vivante. Une chose morte peut avoir un sentier menant à elle, car elle est statique. Mais lorsque nous voyons que la vérité est vivante, mouvante, qu'elle n'a pas de lieu où se reposer, qu'aucun temple, aucune mosquée ou église, qu'aucune religion, qu'aucun maître ou philosophe, bref que rien ne peut nous y conduire, alors nous voyons aussi que cette chose vivante est ce que nous sommes en toute réalité : elle est notre colère, notre brutalité, notre violence, notre désespoir. Elle est l'agonie et la douleur que nous vivons. La vérité est en la compréhension de tout cela, nous ne pouvons le comprendre qu'en sachant le voir dans notre vie. Il est impossible de le voir à travers une idéologie, à travers un écran de mots, à travers l'espoir et la peur.

      Jésus nous a montré ce qu'il fallait faire. A chacun de nous en toute intimité de suivre ses pas.

      Supprimer
    2. Cette date de 1914 fait couler beaucoup d'encre. Dans ses calculs de 1914, Charles Russel avait-il pris en compte qu'il n'y a pas d'année zéro ou bien comment avait-il fait?

      Supprimer
    3. Ses successions d'erreurs sont indiquées dans l'article.

      Supprimer
  6. Très bel article ,merci pour votre ouverture d'esprit.

    RépondreSupprimer
  7. Très bel article,merci pour votre ouverture d'esprit

    RépondreSupprimer